Extrait du Rapport des marches et opérations de la division Boudet.

.

Le 25, à 2 heures du matin, le lieutenant général Desaix me fit parvenir l’ordre de faire une forte reconnaissance d’infanterie et de l’appuyer même d’une brigade jusqu’à Serravalle, si je croyais que cette force fût nécessaire. J’avais envoyé, dès le soir, un détachement de 30 cavaliers du 3e régiment, conduit par le capitaine adjoint à l’état-major de la division L’Héritier, et j’observai au lieutenant général Desaix que je croyais nécessaire d’attendre préalablement le rapport de ce détachement. Il m’approuva et changea l’ordre qu’il m’avait donné.

Au point du jour, l’eau ne permettait pas encore de passer à gué, mais une barque avait été établie avec le secours des bateliers qu’un détachement avait enlevés à Tortone pendant la nuit. La troupe passa promptement et vint prendre position à Rivalta. Vers les 10 heures du matin, l’eau était baissée, et l’artillerie put passer la rivière au gué.

Dans cet intervalle, le général Desaix avait envoyé au quartier général pour savoir quelles dispositions devaient suivre l’action de la veille. Il reçut l’ordre (heureusement très tard) de se porter à Pozzolo-Formigaro, position intermédiaire, d’où nous pouvions nous porter, il est vrai, mais avec trop de temps, sur Alexandrie ou sur les débouchés de Gênes, eu cas que l’ennemi eût tenté sa retraite de ce côté.

Ma division n’était qu’à 1 mille de Rivalta, quand un aide de camp du général en chef, expédié par le Premier Consul, vint à la hâte me porter l’ordre de marcher sur San-Giuliano, et, de là, sur Marengo, où les deux armées ennemies étaient à se battre depuis le point du jour.

Ma division, précipitant sa marche, fut bientôt rendue à San-Giuliano. Elle y fut témoin du désordre qui commençait  à régner dans l’armée, le désordre qu’occasionnaient, d’une part, la marche d’un grand nombre de blessés et de camarades qui les conduisaient en obstruant tout le passage et, de l’autre, l’encombrement des charrettes et la foule des domestiques, des vivandiers et des mauvais soldats qui se joignent communément à ceux-ci.

Je plaçai sur la gauche de la grande route ma première brigade, dont une partie déployée et l’autre en colonne serrée.

J’ordonnai aussi à ma deuxième brigade la même disposition sur la droite du chemin.

Le lieutenant général Desaix et moi, considérant la position de l’armée, nous décidâmes à faire porter en avant ma première brigade, composée de la 9e légère. L’ordre fut donc donné pour ce mouvement, dont l’exécution devait au moins rappeler le courage des troupes qui se retiraient, et par suite, les faire retourner.

Je me portai donc en avant et jusque sous le front de l’ennemi, à portée de sa mousqueterie, laquelle se rapprochant sensiblement, m’obligea de faire jeter des tirailleurs en avant, afin de retarder sa marche. Cette brigade, commandée par le général Musnier, exécuta plusieurs mouvements à la vue de l’ennemi, et ses manoeuvres se firent avec une fermeté et une sécurité assez grandes pour qu’il soit permis de leur attribuer cette confiance qui parut renaître parmi les troupes éparses qui fuyaient. La contenance vigoureuse que tint la brigade sous le feu de l’artillerie et de la mousqueterie de l’ennemi donna le temps à ma deuxième brigade, composée de la 30e et de la 59e demi-brigade, commandée par le général de brigade Guénand, de s’établir sur la droite, et aux autres corps de l’armée qui avaient combattu le matin et opéraient leur retraite, de venir prendre position derrière elle.

Pendant que je contenais, avec la 9e légère, l’ennemi sur son front, et que je protégeais le ralliement de l’armée, le Premier Consul tenait son conseil, où se trouvait le général en chef, le lieutenant général Desaix et autres généraux rassemblés sous le feu le plus fort de l’artillerie ennemie. Ils s’occupaient à préparer un grand mouvement, capable d’as-surer la victoire.

Bonaparte harangua les troupes, et, dans cet intervalle, le général Desaix fit réunir toute l’artillerie de sa division en  avant du front de ma deuxième brigade. Il s’engagea alors une canonnade dans laquelle l’ennemi avait une trop forte supériorité par le nombre de ses pièces pour que la partie pût être égale. Chaque instant voyait enlever des files de nos troupes, dont l’impatience augmentait pour en venir aux mains.

J’étais beaucoup plus avancé que le reste de ma ligne avec ma première brigade, et je n’aurais pas tardé à avoir un engagement sur tout le front de la 9e légère, lorsque le général Desaix m’envoya l’ordre de faire retirer mes troupes par échelons. Cette manoeuvre devenait, à la vérité, indispensable, si l’attaque générale était retardée; mais elle compromettait aussi les tirailleurs que j’avais en avant; j’ordonnai cependant le mouvement, en ne le faisant exécuter qu’à pas très lents, et je me rendis très promptement auprès du lieutenant général Desaix pour lui présenter mes observations. L’attaque allait commencer, et le général Desaix, connaissant les dispositions que j’avais faites sur le front de l’ennemi, me chargea alors d’arrêter la marche rétrograde, ce que je fis en me reportant sur le front de ma première brigade, qui s’était retirée de 200 pas au plus.

Je pourrais observer ici que ce mouvement rétrograde nous devint favorable, car l’ennemi, qui s’en aperçut, redoublant d’espoir, se porta en avant avec plus d’audace, et la surprise qu’il y éprouva en se voyant ensuite chargé, nous fut avantageuse.

Le lieutenant général Desaix se rendit à ma première brigade, formant la gauche de l’armée, et me dit de me porter à ma deuxième, qui occupait le centre, en me chargeant de percer celui de l’ennemi et de l’enfoncer avec assez de rapidité pour le séparer entièrement et déranger par là son plan d’opérations.

Toute la ligne se mit en mouvement au pas de charge, et ma division formait le premier front. Ma brigade de gauche, composée de la 9e légère, eut à combattre devant elle les grenadiers hongrois qui venaient d’être réunis par le général Mélas, afin que ce corps d’élite pût poursuivre avec avantage la victoire qu’il regardait déjà comme assurée pour lui. Ce corps de grenadiers était soutenu d’une très forte cavalerie qui débordait les ailes de ma première brigade; leur résistance fut très opiniâtre; mais la valeur de la 9e légère la rendit nulle, et une heureuse charge de notre cavalerie couronna cette attaque.

L’habile et valeureux Desaix l’avait dirigée, et il n’eut pas le bonheur de jouir de nos succès. La mort venait d’enlever ce grand capitaine à ses frères d’armes. Il recommanda, par ses dernières paroles, de cacher son sort, dans la crainte que cette nouvelle produisît quelque alarme et ne nuisît à la victoire.

A différentes reprises, la cavalerie ennemie tenta de tourner et d’entourer la 9e légère; mais elle fut reçue de manière à être découragée.

C’est absolument à la contenance et aux actes de valeur de ce corps qu’on doit les avantages marquants qui ont été remportés sur la gauche et surtout la prise de l’artillerie et des prisonniers. La cavalerie y a également contribué avec beaucoup d’à-propos et de courage.

Ma deuxième brigade, composée de la 30e et de la 59e demi brigade et dirigée par moi, enfonça avec une audace, une force et une rapidité étonnantes le centre de l’armée ennemie et la coupa en deux. Cette brigade eut continuellement à défendre à la fois son front et ses flancs et ses derrières contre l’artillerie et la mousqueterie et contre différents corps de cavalerie. Ces derniers particulièrement vinrent à la charge plusieurs fois pour attaquer nos derrières; mais l’ordre parfait de colonnes serrées dans lequel s’étaient maintenus nos bataillons, quoique traversant des vignes et autres obstacles, non seulement rendit la tentative de la cavalerie inutile, mais encore lui occasionna une perte considérable.

La résistance de l’ennemi, dans certaines positions, fut terrible. On se fût amusé inutilement à vouloir le chasser par la mousqueterie. Les charges à la baïonnette purent seules le débusquer, et elles furent exécutées avec une prestesse et une intrépidité sans exemple. Assurément, on ne peut donner assez d’éloges à cette brigade, en partie composée de conscrits qui ont rivalisé de courage et de fermeté avec les plus anciens militaires.

Dans la charge à la baïonnette, deux drapeaux ont été pris, l’un par le citoyen Coqueret, capitaine de grenadiers de la 59e, et l’autre par le citoyen Georges Amptil, fusilier et conscrit de la 30e demi-brigade, lequel poursuivit et tua celui qui le portait et l’enleva à la vue d’un peloton qui cherchait à le ravoir.

Ainsi, je puis et je dois dire à la gloire, de ma division que, par son extrême courage, elle a eu le bonheur de contre-balancer les avantages obtenus par nos ennemis jusqu’à son arrivée et de concourir de la manière la plus efficace à fixer de notre côté l’illustre victoire de Marengo, victoire qui doit tenir une première place dans nos annales, tant par la valeur plus qu’héroïque qui l’a arrachée que par les grands intérêts qui y étaient attachés.

Le général de division,

BOUDET.

.

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

validation des acquis |
St Etienne GAY |
JEM School ... ج... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Réflexions d'un voyant-astr...
| 5 ème Vitesse
| Palabre en Français