C’était dans le journal…

.

En 1788, les français pouvaient lire une dizaine de journaux parisiens ou provinciaux.

En 1789, il y en eut plus de deux cents.

En 1790 leur nombre dépassa quatre cents.

En l’an II  on vendit plus de cent trente titres à travers la France.

 presseetpolitique1.jpg

L’abominable crime de l’épouse qui voulait se « démarier ».

Le courrier extraordinaire, 3 mars 1792. 

Pontoise, vendredi 24 février, une dame de cette ville ennuyée des noeuds qui l’attachaient à un époux a été chez le curé de sa paroisse, pour le prier de la démarier, en allèguant pour raison que le caractère de son mari et le sien étaient incompatibles, qu’elle ne voulait plus être malheureuse. Le pasteur a tenté de ramener l’esprit exalté de cette femme à des considérations de douceur, d’honnêteté publique et de décence particulière. Elle n’a point goûté ces représentations, et s’en est allée chez elle. Pour se démarier toute seule, elle s’est saisie d’une hache et en a porté un grand coup sur la tête de son mari qui est tombé baigné dans son sang. Aussitôt, elle est retournée chez le curé et lui a dit: « Ce matin vous n’avez pas voulu me démarier; eh bien, je me suis débarrassée de mon mari demain vous le porterez en terre. » Puis quittant le curé très étourdi de l’aventure, elle a été chez un menuisier, lui a dit de la suivre pour prendre la mesure d’une bière, et l’a conduit chez elle. En entrant, l’ouvrier a apercu le malheureux époux se débattant contre la mort; il a fui avec horreur, s’est rendu chez un officier public qui, sur sa déposition, a donné un mandat d’arrêt contre la coupable, dont les démarches semblent prouver une âme aliénée. 

.

Gare aux engelures!

Proposée dans le n°53 des affiches de Lyon,

Il faisait froid, et il était temps de songer à se munir de sirop bronchique et d’onguents contre les engelures. Les affiches de toulouse et de Haut Languedoc prévenaient leurs lecteurs:

Manière de servir de l’eau pour les engelures, proposée dans le n°53 des affiches de Lyon, par M.Marcors, Maitre en pharmacie, rue Saint-Jean à Lyon.

« Pour les angelures qui ne sont point ouvertes, il ne s’agit que de les frotter avec un linge ou un plumasseau imbibé de cette liqueur et d’approcher la partie frottée du feu pour la faire sécher, ce qu’il faut répéter dans le moment, deux ou trois fois de suite. Si l’on a soin de s’en servir de cette manière, deux fois le jour, ces engelures sont dissipées dans l’espace de quarante-huit heures. » ..         

                                     

L’hiver est là et les boulevards sont difficiles à marcher!

La chronique de Paris.

Voilà l’hiver, pendant cette saison les boulevards sont difficiles à marcher, on y glisse souvent et pour éviter d’y glisser plus souvent encore , on y pratique un sentier le long des grilles de fer qui les bordent parce que la pente du terrain y est à peu près insensible. Là,les chutes sont moins fréquentes mais elles sont plus dangereuses puisque l’on peut tomber sur des pointes de fer. Cet ecueil menace à chaque pas les vieillards, les étourdis, les hommes ivres, ceux qui,comme moi, portent eux-mêmes  et habituellement leurs enfants, ces chers créatures, espoirs de la république, nés parmi les orages et destinés à récolter d’abondantes moissons de bonheur. N’a-t-on pas assez de l’inquiètude que causent les carrosses dans les rues de Paris, où il n’y a pas encore de trottoirs, où la plus légère distraction fait courrir un danger, sans être obligé de porter encore une sollicitude conservatrice sur les routes que ne nous disputent pas les chevaux! 

.

lamidelaconstitution.jpg

 Les petites annonces.

Les Annales ou Affiches du 15 juillet.

Demandes:

- On désirerait trouver une place dans une voiture pour aller en poste, la fin de ce mois, en Auvergne. S’adr. à M.Martin de Gibergues, rue et hotel de Moussy. 

- On voudrait trouver pour accompagner un jeune homme dans ses voyages un paticulier honnête et d’un âge mûr qui sût le latin, l’Allemand, l’Anglais, l’Italien, la Géographie et les Mathématiques. S’adr. à M.Delamotte, rue de la Verrerie.

- On voudrait emprunter 6000 liv. avec priv. sur environ 80000 liv. de bien-fonds et caution. S’adr. à M. le Sieur. Proc, rue St. Eustache, n°35.

- Un homme âgé de 45 ans qui sait bien écrire, servir, faire la cuisine, panser un cheval et mener cabriolet, voudrait être placé. S’adr. à M.de Mauroy, huissier, rue de la vieille Monnaie, n°28.

- Une jeune femme mariée et sans enfant qui sait bien coiffer, blanchir, travailler le linge et faire la cuissine, voudrait être placée chez une personne seule. S’adr. à M.le Chev.d’Igneaucourt, rue de l’Hirondelle, n°28.

- Un homme de 25 ans sachant coiffer, raser, écrire, faire l’office, parler Franc. Ital.et Allem, voudrait être placé. S’adr. à M. le Chevalier huiss. à la Cour des Aides, rue Croix des Petits Champs, n°14.

- Un jeune homme qui a une belle main et qui est au fait de la tenue des livres, de la comptabilité et de la correspondance, n’étant employé que dès matin, voudrait trouver de l’occupation pour l’après-midi. S’adr. à M. DE Breuil, Controleur gén. de l’Administration des Domaines et Bois, rue Mélé, n°70.

- La garde bourgeoise, après avoir conduit dans le jardin du Palais-Royal, le particulier qui, le 15, a eu l’avantage d’apporter le premier les nouvelles de Versailles et qui a descendu à la grande entrée de ce Palais n’ayant pu retrouver le cheval qu’il montait, prie les personnesz qui pourront en donner des nouvelles, de s’adresser à M. Fontaine, Palais-Royal n°82.

.marat.jpg..  

La pomme de terre, ce précieux végétal.

Les soirées de la campagne, 17 brumaire an II.

- La pomme de terre, ce précieux végétal, qui se plante après toutes les semailles, qui se récolte après toute les moissons, et dont le rapport est dix fois plus considérable que celui du blé, a souffert beaucoup de la sécheresse de l’été dernier, une grande quantité de ces tubercules, arrétés dans leur croissance, sont restés d’une telle petitesse que la plupart des cultivateurs négligent  de les récolter, ou les abandonnent, sans profit marqué, à leurs porcs ou bestiaux.Ne perdons pas de vue,en outre, qu’à la saison prochaine nous devons faire les plus grands efforts pour en cultiver le plus qu’il nous sera possible. Citoyens, pensez que la pomme de terre est un de vos moyens de subsistance le plus indépendant de tous les évènements.

                 lecture du journal. 

 

Condamnations.

Le journal de Paris.

- Monthoson, âgé de 36 ans, ci-devant officier du régiment de Bassigny, originaire de Bordeaux, demeurant rue du Mail à Paris, a été condamné à 8 ans de fers et préalablement exposé pendant 4 heures à un poteau sur la place de la Révolution, convaincu d’avoir favorisé la demeure d’un émigré sur le territoire de la République, en lui prêtant son certificat de civisme.

- Olympe de Gouges, femme de lettres, se disant veuve Aubry, âgée de 38 ans, native de Montauban, convaincue d’être l’auteur d’écrits tendant à l’établissement d’un pouvoir attentatoire à la souveraineté du peuple, a été condamnée à la peine de mort. Elle s’est déclarée enceinte. On a sursis à son éxécution jusqu’au rapport des gens de l’art.  

 

La mort de la Reine.       par le père Duchesne d’Hébert

Les journaux ne rapportaient guère que les éxécutions des personnages les plus importants comme les députés girondins ou le général Custine. L’éxécution de la reine Marie-Antoinette donna lieu à ceci; « J’ai vu tomber dans le sac la tête de veto femelle. Je voudrais,foutre, pouvoir vous exprimer la satisfaction des sans-culottes,quand l’architigresse a traversé Paris dans la voiture à 36 portières. Ses beaux chevaux blancs, si bien panachés, si bien enharnachés, ne la conduisaient pas, mais deux rossinantes étaient attelées au vis-à-vis de maître Samson, et elles paraissaient si satisfaites de contribuer à la délivrance de la république qu’elles semblaient avoir envie de galoper pour arriver plus tôt au lieu fatal. La garce au surplus, a été audacieuse et insolente jusqu’au bout. Cependant les jambes lui ont manqué au moment de faire la bascule pour jouer à la main chaude, dans la crainte, sans doute de trouver après sa mort un supplice plus terrible que celui qu’elle allait subir. Sa tête maudite fut enfin séparée de son col de grue et l’aie retentissait des cris de vive la république! » 

 

 

L’été de tous les dangers.

Astronomie.

Demain 21, l’été commencera à 1h29’30″ du matin. Le soleil aura atteint sa plus grande déclinaison Nord, le jour sera le plus long de l’année et la nuit la plus courte. Tout ce mois n’a point de nuit fermée, c’est à dire que le crépuscule n’est pas encore fini, que l’aurore commence. La lune alors sera éloignée de la terre de 84.525 lieues, de 25 au degré, ayant une déclinaison de 13° 10′ Sud. Jupiter, la planète la plus brillante après Vénus, passera au méridien vers 9h 30′ du soir. Sa grosseur est de 1479 fois celle de la Terre, son diamètre est de 11 fois 1/3 celui de la Terre, qui est de 1500 lieues à peu près, on la voit sous un angle de 3′ 18″, tandis que Vénus n’est vue que sous l’angle de 17″. Si cette planète nous paraît plus brillante, c’est qu’elle n’est éloignée du Soleil  que de 25.144.250 lieues, tandis que Jupiter l’est de 180.794.791. Or l’effet de la lumière diminue comme le carré de la distance augmente, donc Jupiter doit paraître moins brillant que Vénus. L a vitesse de cette planète autour de son axe est énorme puisqu’elle tourne en 9 heures à peu près. Ainsi les habitants de Jupiter, s’ils ne dorment que la nuit, ne sont couchés que 4h1/2. Les belles de cette planète ne doivent pas rester aussi longtemps au lit que nos  petites maîtresses, ou bien elles n’en sortent pas. Quant aux visites du nouvel an, elles ne doivent pas fatiguer les gens cérémonieux, car l’année ne se renouvelle que tous les 11 ans et 315 jours. 

. 

 Le démoniaque père Duchesne.

Le journaliste Dusaulchoy exulte de joie dans le Sapeur sans-culotte.

C’est ce démoniaque Père Duchesne, qui est surtout un grand fripon, nom d’un bonnet rouge! la guillotine est trop douce pour un pareil gredin!. C e braillard maudit  que j’ai vu avec un vieil habit noir, plus ras et plus déchiré, un claque en lambeaux sous son bras, m’emprunter douze sous pour aller dîner, qui après s’être fait chasser du théâtre de la République, où il était ouvreue de loges, parce qu’il ne laissait rien perdre et qu’ilfaisait son profit du bien des autres, a été trop heureux de trouver l’imprimeur Tremblay qui lui a donné du pain.

C’est ce sacré marchand de fourneaux, ce Père Duchesne qui me fout le plus d’indignation dans l’âme! je le disais toujours et l’on ne me croyait pas!. Quand on gueule si haut,  n’est qu’un imposteur, le vrai patriote, foutre, ne crie que quand il le faut, et quand il voit des traîtres à dénoncer, mais il ne parle jamais sans preuves.

Hébert et ses amis, croyaient que nous nous fouterions le tour les uns aux autres, et pour y parvenir, ils voulaient nous affamer, ils violaient la déclaration des droits de l’homme, ils prêchaient comme des énergumènes l’insurrection, mais bernique! nous n’avons jamais été plus unis que depuis que leur conspiration est découverte.

En fait, les sans-culottes furent atterrés par l’arrestation du Père Duchesne et de ses amis puis par leur exécution le 4 germinal (24 mars). Ce drame de germinal glaça le mouvement populaire. Après Hébert, ce fut le tour de Danton, un autre héros de la révolution que le peuple vit marcher à la guillotine avec Camille Desmoulin, le 16 germinal (5 avril).  .

lalibertdelapresse.jpg

. L’hygiène ou l’art de conserver la santé.

Les soirées de campagnes N°4 du 23 vendémiaire an II.

Notre corps est un assemblage de divers organes qui ont chacun leurs fonctions particulières, leur degré d’énergie propre. On dit que le corps est sain quand toutes les fonctions se font de manières que l’une n’empiète pas sur l’autre et qu’il règne entre elles une sorte d’équilibre ou d’harmonie. L’état contraire a lieu quand une ou plusieurs de ces fonctions sont dérangées, affaiblies ou suspendues.

L’hygiène dont j’ai promis de donner quelques notions, est l’art de conserver la santé ou, si l’on aime mieux, d’écarter les maladies. Elle embrassze tout ce qui peut influer sur notre machine et y apporter du changement, comme les qualités de l’air celles des eaux et du terrain, la nature des aliments, le genre et la durée de l’exercice et du repos, le sexe, l’âge, les passions, le tempérament personnel, etc… Il y a sur chacun de ces objets une foule de vérités qui ne sont pas assez répandues, et un plus grand nombre d’erreurs qui le sont trop.

Sous l’ancien régime, le soin de publier les unes et de combattre les autres était abandonné à ce qu’on nommait les supports de la faculté, c’est à dire aux hommes qui avaient le plus d’intérêt à entretenir notre ignorance et nos préjugés. Il en était des lois de l’hygiène comme des lois civiles. Le gouvernement s’inquiétait peu qu’elles fussent connues ou non de ceux qui devaient les observer, il croyait avoir assez fait en établissant des hommes pour punir les infracteurs. Aussi ces deux objets de première necessité n’entraient-ils pour rien dans l’éducation des collèges, après dix ans, on en sortait aussi avancé à cet égard que si l’on n’y eût jamais mis le pied, tant on était jaloux de nous plonger, ou plutôt de nous retenir dans tous les genres de dépendances.

Aujourd’hui il n’en doit plus être ainsi. Il faut que chacun soit lui même son médecin et son avocat, et qu’il n’ait plus besoin de payer un homme pour lui dire si telle nourriture lui convient, si telle action est conforme aux lois de son pays. La Convention en organisant l’éducation publique nous délivrera de cette dépendance humiliante, mais ses bienfaits seront bien plus pour la génération naissante que pour les pères. C’est à ceux-ci que seront plus particulièrement consacrés les articles d’hygiène de cette feuille.

..               marchand.jpg

Publié dans : IL Y A DEUX SIECLES. |le 9 novembre, 2007 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

validation des acquis |
St Etienne GAY |
JEM School ... ج... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Réflexions d'un voyant-astr...
| 5 ème Vitesse
| Palabre en Français