La Drogue, un jeu de cartes oublié.

 

jeudrogue

Cette gravure ancienne nous rappelle qu’il existait autrefois un jeu de cartes que les militaires et les matelots appréciaient, c’était le jeu de la « Drogue ».

« La drogue est une sorte de jeu de cartes, aux complications très simples, assez semblable à la bataille, et fort en usage chez les soldats et les matelots.

Ce jeu a plusieurs avantages: d’abord on ne peut pas y avanturer d’argent; ensuite il adoucit l’humeur et fait comprendre la plaisanterie.

Le perdant, à chaque partie, est obligé de se mettre sur le nez un morceau de bois fourchu, pareil aux épingles des blanchisseuses, appelé drogue, qu’il garde jusqu’à ce qu’il ait gagné à son tour.

Mais s’il perd plusieurs parties de suite, les drogues superposées lui édifient sur le nez une espèce de télégraphe bizarre très embarrassant, surtout quand on est camus, ce qui égaye vivement les spectateurs. L’armée française cultive ce jeu avec passion.

Atout ! aout ! ratatout ! je me fends de tout ! la drogue au camarade ! s’écrie avec joie le grenadier héroïque, attends un peu dit le zouave intrépide, je viens de te cueillir un laurier, mais c’est pour t’en faire une drogue et venger l’ami. ”     (Léo de Bernard) 

JD00002-14_01_16-Big

C’est après la bataille de Magenta que M.Armand Dumaresq a fait, d’après nature, ce tableau .

La drogue, est une jeu de cartes, il tire son nom  d’un pièce de bois en forme de fourche, que les joueurs fabriquaient eux-mêmes et destinée à coiffer le nez des perdants qui devaient supporter cette pénitence tant qu’ils ne gagnaient pas leur tour.

Des gravures anciennes nous montrent qu’il pouvait être pratiqué par deux ou davantage de joueurs et qu’il pouvait y avoir plusieurs perdants portant chacun une ou plusieurs drogue.

collectionjfaquarellech

L’intérieur d’une salle de police de cavalerie, le noble jeu de la drogue.

img1852

« Ce jeu se joue à quatre, deux contre deux; les valets sont les maitres ou Mandrin, celui de trêfle est le gros Mandrin. On ne peut compter de cartes sans valets.Ceux qui perdent, portent sur le nez un morceaux de bois nommé « la drogue », ceux qui trichent portent deux drogues. Celui qui n’a pas de Mandrin perd. On peut y ajouter les coups de tampon. Ce jeu a de l’action et divertie beaucoup les soldats. »

Ce jeu n’est plus pratiqué de nos jours et les règles sont oubliées.

carte4

Celui qui triche lors d’une partie est condamné à porter deux drogues.

cartesj

Les vieux soldats de garde à la porte d’Allemagne fumaient leur pipe, et jouaient tranquillement à la drogue comme d’habitude.    (Erckm- Chatr, Histoire paysan)

Deux ou trois jouaient à la drogue, le canonnier avait un bout de bois à cheval sur le nez, tous buvaient.    (Pourrat, Gaspard)

carte (2)

Assis à la table de jeu, le visage caché derrière les cartes tenues en éventail d’où les pointes de la moustache débordaient, le colonel ne pipait mot. Il essayait de deviner l’intention forcément malveillante de ces deux gaillards. Son œil vif et interrogateur allait de droite à gauche. Il espérait un avis de ses trois partenaires de jeu, mais en vain. A dire vrai chacun, une pince sur le nez, n’en avait cure. Ils étaient bien plus préoccupeés de gagner la partie en cours afin de se débarrasser de leur gage.

Les hussards se mordaient la joue afin de garder leur sérieux tant l’air soupçonneux du colonel dénotait entre les nez pincés.

Contrarié que le colonel puisse être distrait de la partie par la galéjade de ces hussards, un des joueurs abattit son jeu sur la table et posa trois valets qui lui restaient en main.

Colonel, trois mandrins! j’ai gagné! fini la drogue. Il arracha la pince en bois de son nez.  ( Les Loups de l’Empereur Gilles de Becdelièvre)

 

carte3

C’est le jeu de ceux qui n’ont ni argent ni crédit, ou qui, du moins, ne se soucient pas de les risquer sur une carte.

Drogue

Dans un poèmes sur les jeux, Joseph Méry, nous signale que la drogue en tant que fourche était aussi utilisée comme  pénitence au jeu du Tric-Trac : Mais nos jeunes soldats, taillent, devant la table où fume la chandelle, ces chevalets de bois, à la serre cruelle, qu’au milieu des conscrits, les vétérans malins, amassent, en riant, sur les nez aquilins.

 

Mais toutes les parties ne finissaient pas aussi bien que nous content les témoins.

Les effets nocifs du jeu de la drogue. 

droguesuite

Tudieu de nom de Dieu! Trois mandrins d’un coup… Comment Est-ce possible?

Colonel, il a triché, je l’ai vu…

A cette révélation inattendue et brusquement rattrapé par la partie, le colonel oublia aussitôt la présence des intrus. Preuve de la tension qui régnait autour de la table, Maupoint se mit à vitupérer et le ton monta d’un coup entre les joueurs. Devant l’imminence d’une empoignade, les hussards sentirent leur cause perdue.  ( Les Loups de l’Empereur Gilles de Becdelièvre)

jeu1

Il semble que la partie se soit terminée en bagarre.

règle

fichier pdf Règle du jeu de la drogue.

Ref: Le Monde Illustré 1857.  L’arbitre des jeux,Gabriel de Gonet, 1847. Galicia.  Les mémoires du lieutenant Chevalier

Publié dans : IL Y A DEUX SIECLES. |le 22 septembre, 2007 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

validation des acquis |
St Etienne GAY |
JEM School ... ج... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Réflexions d'un voyant-astr...
| 5 ème Vitesse
| Palabre en Français